Vaine requête

C’est l’une de mes erreurs majeures : renouveler indéfiniment la même demande alors qu’il y a en face une incapacité à y répondre.

Difficile de détecter le calcul

L’écrit ne permet pas de détecter dès le début s’il y a calcul ou refus inconscient. C’est l’usage qui permet de trancher : lorsqu’une requête n’est pas vue, qu’elle est systématiquement éludée ou qu’elle provoque un agacement disproportionné, le doute est obligatoire.

Et même si une demande est justifiée, sa répétition n’a plus de sens lorsque le retour n’est pas satisfaisant. Il vaut mieux arrêter au bout de 2-3 tentatives ou formulations différentes. Ce qui n’est pas donné spontanément et avec simplicité ne le sera jamais. Peu importe que ce soit viscéral ou volontaire, peu importent les raisons invoquées, la relation est vouée à l’échec.

Reconnaître ses failles

À moins que la personne sache voir en face sa déficience, qu’elle reconnaisse se sentir en danger quand tel sujet est abordé. Admettre que quelque chose nous dérange au fond de nous, même sans le comprendre, c’est accepter d’ouvrir une brèche dans sa façade et laisser apparaître sa vulnérabilité d’Être Humain. Et c’est indispensable pour qu’un lien reste viable, à plus forte raison dans le domaine amoureux.

Il suffit de quelques mots pour montrer qu’on est bien présent dans la relation, mais que quelque chose gêne : « Je ne sais pas quoi te répondre et ça commence à me mettre mal à l’aise que tu insistes. ». Entendre la demande, accepter de nommer qu’il y a un problème et que l’autre n’en est pas le seul responsable, être honnête avec soi-même avant de l’être avec l’autre.

Sans ça, une relation se réduit à deux étrangers masqués qui marchent l’un à côté de l’autre sans se regarder.

Mon erreur : préférer ignorer

Dans ma relation passée, j’ai continué à demander. Je n’ai pas voulu voir l’évidence parce que ça aurait impliqué de tout arrêter. Je n’y étais pas prête, pas consciemment en tout cas. J’ai préféré m’en arranger, ne voir que le positif et refuser de remarquer que le négatif devenait bloquant. Seul mon inconscient aurait été capable de me faire tout abandonner de manière imprévue. Mais il avait décidé de retarder l’explosion, il y trouvait un peu son compte, la balance penchait vers le bénéfice.

Je sais que j’ai manqué d’intégrité. La relation me faisait souffrir, j’aurais dû me mettre en retrait avant de finir par donner dans un registre hyper émotionnel qui ne me convient pas.