Innocence perdue ?

Il y a 9 ans, une autre année 8, un mois de juin magique. Que sera ma nouvelle année 8 ?

La peur

Où en est ma capacité à l’émerveillement ? Le naturel que j’ai eu avec Boileau, je pourrais le retrouver ? Cette fluidité, cette bêtise des rapports amoureux débutants, ces phrases folles adolescentes ? La joie permanente, la recherche de l’autre à tout instant, l’émerveillement devant les fleurs, les nuages ? Mais surtout la non castration de l’autre, le laisser-aller dans la relation, sans retenue ?

Ma progression intérieure, mon intellect en cours de développement, ma capacité au renoncement et à une forme encore mal dégrossie de détachement ne vont-ils pas entraîner une nouvelle incapacité ? La peur d’aller dans l’émotion ? Une nouvelle névrose née de la disparition de la précédente ?

Si je “rencontrais” virtuellement Boileau aujourd’hui, est-ce que la magie serait là ? Est-ce que j’en serais aujourd’hui capable ? Est-ce que je ne serais pas sur mes gardes en permanence ? Est-ce que je ne m’enfermerais pas moi-même ? Où se situe la différence entre la névrose pathologique qui fait fuir les relations par peur de souffrir et la connaissance de soi qui protège aussi, mais plus calmement, avec conscience et explications ? Comment ne pas me museler moi-même et me priver ?

L’idée

Une idée : la névrose part d’un inconscient non remonté à la surface, les défenses sont viscérales, mécaniques et non comprises. Connaissance de soi : une part de l’inconscient est devenu conscient, une pensée accompagne le ressenti qui ne reste plus que dans l’émotion. Si c’est ça, alors ma capacité à l’émerveillement est intacte, mais elle est conditionnée. Je serais davantage à l’écoute de mes manifestations intérieures, une écoute consciente, au lieu de sur-réagir lorsque l’émotion devient insupportable ou que la situation ne me convient plus.

Concrètement, avec Boileau, à quel moment j’aurais dû me distancier ? Y réfléchir peut m’aider à prendre conscience du fait que la première semaine était sans écueil et sans alerte, et que c’est précisément cette semaine qui a été merveilleuse. Tout ce qui s’est passé cette semaine-là était sans défaut, je n’ai reçu aucune alerte intérieure, je n’en ai donc ignoré aucune. C’est après que j’ai voulu ignorer parce que j’avais peur de le perdre

L’espoir

Est-ce qu’alors je peux penser que si je rencontrais un Boileau aujourd’hui, je serais toujours capable de vivre une semaine de magie, l’esprit apaisé par la certitude de mieux savoir reconnaître les alertes quand elles arriveront, et de mieux en tenir compte ?

Cette pensée me rassure : je suis toujours capable de m’enflammer ! Je ressens une bouffée d’émotion à cette pensée, comme une boule qui monte en moi et me provoque quelques larmes. Je suis toujours là !